Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Dates à retenir

Repas du comité des fêtes de Courcerault

16 avril 2016

*

4ème Rallye

de l'association vie et patrimoine de Courcerault

1er mai 2016

*

Vide greniers de Courcerault

5 juin 2016

*

Méchoui du comité des fêtes de Courcerault

9 juillet 2016

*

Marche et pique - nique

du comité des fêtes de Courcerault

28 août 2016

*

Exposition Patch'en Perche à Courcerault

26, 27 et 28 novembre 2016

 

8 juin 2013 6 08 /06 /juin /2013 05:05

 

Samedi 15 juin 2013

de 10h à 12h et de 14h à 17h

 

Ce stage a pour objectif la diffusion des savoir-faire dans le domaine des techniques de restauration du bâti traditionnel, pour une amélioration de notre cadre de vie et de notre environnement. Il est animé par Emile GARNIER, formé au musée avec des artisans et l'Ecole d'Avignon.

 

Au programme :

  • découverte des matériaux de la construction traditionnelle (chaux aérienne, chaux hydraulique, sables du Perche, argile…) et de leur mise en œuvre,
  • enduits et mortiers à la chaux,
  • plafond terre,
  • badigeon.

Réparation d’un plafond en torchis : Le plafond est réalisé selon la technique dite de la « barrette » ou de la « quenouille » : pièce de bois en châtaigner, chêne ou autre bois solide et facile à fendre ; coupée à la dimension pour s’appuyer sur deux solives, elle est entourée d’un gros manchon de torchis d’un diamètre compris entre 12 et 15 cm. Pour une meilleure accroche et une meilleure épaisseur, il est astucieux d’enrouler un tortillon de foin autour de la barrette de bois.

Les deux extrémités de la barrette ne sont pas garnies de torchis puisqu’elles viendront reposer sur les solives.

 

Badigeon : Le papier peint n'a été utilisé que tardivement dans les demeures paysannes, dans les années trente, mais n'était accessible qu'aux familles ayant un revenu moyen. Encore faut-il ajouter que l'on réservait ce luxe à la chambre, qui était rarement équipée d'une cheminée, dans laquelle on disposait le beau meuble : table ronde en merisier, armoire, pendule... mais aussi les papiers importants : '' C'était si vous voulez, une chambre pour les affaires personnelles...".

Le précieux papier peint ne craignait pas ainsi d'être abîmé par une occupation fréquente des locaux ni par la fumée de la cheminée.

 

Les murs étaient donc badigeonnés, le faible coût permettait de rafraîchir l'intérieur assez facilement. Ce n'était pas toujours entrepris régulièrement parce que dans un univers où beaucoup de travaux demeurent manuels ou faiblement mécanisés, le temps manque.

Les techniques du badigeon, de l'enduit fin, des peintures à la colle, à la cire, à l'huile de lin ont été utilisées pour le décor intérieur et l'entretien des huisseries. Chaque praticien d'occasion avait sans doute ses petits trucs, chaque maison était unique car d'un mélange à l'autre les nuances de couleur différaient, on s'adaptait aux murs qui n'étaient pas toujours très plans.

La poésie des maisons paysannes repose sur ces détails, ces nuances, ces petites imperfections.

 

Pour un bon déroulement de stage : Les stagiaires peuvent apporter un pique-nique. Tenue de travail, bottes ou chaussures de randonnée, appareil photo et carnet de notes

 

Sur réservation

Tarif à la journée : Adulte : 12,30 €

 

Ecomusée du Perche

Prieuré de Sainte-Gauburge -

61130 Saint-Cyr-la-Rosière

 

Ouvert tous les jours de 10h30 à 18h30

Tél. : 02 33 73 48 06 - Fax : 02 33 73 18 94

accueil@ecomuseeduperche.fr

http://www.ecomuseeduperche.fr

 

commentaires